La recherche du Grand Gibier blessé Pour les non-initiés, il me semble opportun de reprendre la définition d'une recherche au sang. C'est l'art de retrouver un grand gibier blessé, avec un chien de sang conduit à la longe sur la voix froide de l'animal touché et, le cas échéant, le poursuivre, le mettre au ferle pour permettre au conducteur de le servir. Chaque recherche à un déroulement différent et un dénouement incertain, elle est le théâtre de nombreuses péripéties, L'action est empreinte du souci de mettre fin aux souffrances de l'ongulé blessé et animée par une passion commune aux deux acteurs: le chien et son conducteur. Cette équipe est un admirable ensemble où chacun tient son rôle bien défini. Il faut avoir suivi le travail d'un tel tandem chien-homme pour vraiment pouvoir l'admirer. Nez au sol, le chien de sang, calmement, s'imprègne minutieusement l'endroit où l'animal a été touché par la balle, sans laisser éconduire par d'éventuelles difficultés de départ, il empaume la voie et coule littéralement dans la direction de fuite du gibier blessé. Après une certaine distance l'effusion de sang se raréfie et s'arrête , les volcelests (empreintes) sont absents, le sol étant de « mauvais revoir ». cependant, le conducteur, lui, a confiance en son teckel qui s'applique à toujours coller cette ligne invisible mais que l'on devine, cette voie du gibier blessé. L'auxiliaire progresse, la longe est tenue. A un moment, il s'attarde plus longuement, renifle à un endroit précis, cherche dans l'humus, retourne une ou deux feuilles et signale à son maître l'indice, qu'il vient de trouver, une simple touffe de poils assemblés par un bout de peau. Un indice certes minuscule, mais ô combien précieux et qui donne confiance au conducteur qui par un « brave » discret félicite et encourage son teckel. Il faut franchir des obstacles difficiles : ruisseaux, ronciers, et bosquets d'épines impénétrables peuvent se présenter sur le parcours de la voie. Il faut les franchir ou les contourner et reprendre la ligne magique à la sortie. La confiance du conducteur en son chien est de mise. La recherche continue, passe par monts et par vaux à travers deux, trois, quatre territoires de chasse. Puis brusquement dans un roncier le trait se détend, le petit teckel est là, n'avance plus. Il est rejoint par son conducteur qui découvre l'animal mort, tiré il y a maintenant trente heures. Une immense joie emplie le maître fier de son chien qui est récompensé, comme il se doit, lors de l'éviscération, Oui c'est un admirable ensemble homme-chien qui permet de livrer ce combat singulier qu'est la recherche du grand gibier blessé. Tous ces textes sont tirés du livre de Mr Ernest LEY aux éditions Gerfaut " Les teckels Chiens de chasse sur et sous terre".
GalerieCopyright (c) 2008. L'Elevage du Hirzklee
News Nos retraités Vénus Cheyenne La chasse Les aptitudes au travail Les différentes épreuves Les sigles de travail Le terrier artificiel La recherche au sang Conclusion Contact Nos chiots Accueil Nos femelles Chloé Douchka Elsa Fany Heasy Nos mâles Anko H'Enzo Yoko Hommage Chadow Histoire